Publié le 13/07/2021

Replay 6e Convention internationale de l’IEHCA / 6th IEHCA online International Convention - 31 mai/May - 4 juin/June 2021

 

 

 

 

Publié le 17/06/2021

Programmation culturelle de la Villa Rabelais

Du 16 au 20 juin / sur les horaires d’ouverture de la bibliothèque gourmande

Au service du cuisinier

Jeu familial à partir de 7 ans

 

Vendredi 18 juin de 19h à 20h30

Cuisine d’ailleurs et d’autrefois, sous la direction de Fabian Müllers, éd. La Muse (2021)

 

Samedi 26 juin de 16h à 17h30 COMPLET

Atelier : Plaisirs sucrés sans sucre ajouté

 

Mercredi 30 juin de 16h à 16h30

Lecture jeunesse

 

Programme complet et détaillé

Publié le 10/06/2021

Exposition "Le Temps d'un café"

à partir du 7 juillet 2021 à la Villa Rabelais

Le Temps d'un Café est une exposition trans-média, qui allie photographie et podcasts audio. Dans cette exposition vous pourrez découvrir les photographies des étudiants en master de journalisme de l'EPJT ainsi que les podcasts des étudiants de master 2 en Cultures et Patrimoines de l'Alimentation du CESR.

Attention : vous pourrez découvrir les photographies de façon libre, cependant la technologie QRcode nécessite, pour certains smartphones, le téléchargement d'une application. De plus, pour profiter de l'environnement sonore, il est recommandé de venir avec une paire d'écouteurs.

 

Le mot de David Darrault enseignant photographe et Laurent Bigot directeur de l'EPJT :

 

Interdisciplinarité et transdisciplinarité sont au cœur des approches d’enseignement et de recherche des formations de l’Université de Tours. Cette exposition « Le Temps d’un café » en est l’une des traductions concrètes, qui propose, à travers une approche multimédia, d’images et de sons, de familiariser le grand public avec trois thèmes traitant de l’alimentation durable et responsable : l’agriculture urbaine, la responsabilité sociétale des chefs et le garum.

 

Les 19 photographies et les podcasts de qualité que vous allez découvrir ici ont été réalisés conjointement au cours de l’année universitaire 2020-2021 par des étudiants de master 2 issus de deux filières qui ont su exploiter la complémentarité de leurs approches : ceux du master de journalisme (Ecole Publique de Journalisme de Tours - EPJT) et ceux du master Cultures et Patrimoines de l’Alimentation (CPA).

 

Les 19 photographies présentées ont été réalisées par : Rachel Herman, Nathan Filiol, Solène Gardré et Coline Davy de l’EPJT.  Elles sont accompagnées de cartels « légendes » dotés de QR codes permettant d’écouter des podcasts dédiés, réalisés par : Marine Boigeol, Jeanne Dardar, Laurine Gobert, Jérémy Lathière, Omer Mallet, Julie Marcos, Kim Minji, Juan Carlos Vega et Etienne Vincent. 

 

Les masters EPJT et CPA sont deux formations diplômantes et professionnalisantes reconnues et tournées vers l’innovation. Elles proposent aujourd’hui podcasts et photos, demain livres, médias, projets éducatifs, conférences ou enrichissements numériques, en alliant, toujours, savoirs scientifiques et la créativité. La restitution sous forme d’exposition se veut ainsi un moment partagé avec tous les publics intéressés et une boîte à idées pour de nouveaux projets !

 

Le mot d'Isabelle Hannequart, enseignant chercheur en droit, responsable du Master CPA :

 

Dans le Master Cultures et Patrimoines de l'Alimentation (CPA), le développement de projets collectifs avec les étudiants occupe une place importante à côté de la recherche scientifique et des humanités numériques.

Ces projets ne sont d'ailleurs pas à proprement parler "à côté" : ils sont le moment privilégié pour mobiliser les savoirs scientifiques et la créativité numérique, tout en développant de précieux partenariats, avec l'EPJT, le Fac'Lab, des universités amies en France et dans le Monde.

Les ateliers qui leur sont consacrés en master 1 comme en master 2 expriment encore plus que l'interdisciplinarité des enseignements dans le champ des sciences sociales, bel et bien la transdisciplinarité de cette formation diplômante et professionnalisante. Aujourd'hui podcasts et photos, demain livre et enrichissements numériques, la restitution de ces travaux est un moment partagé avec tous les publics intéressés et une boîte à idées pour de nouveaux projets !

 

Publié le 29/04/2021

Appel à contributions - Call for papers

jusqu'au 30 juin - by June 30

APPEL A CONTRIBUTIONS – CALL FOR PAPERS

Politique américaine

The Politics of Food in the United States

Politique de l’alimentation aux Etats-Unis

 

Paper proposals (500 words) should be submitted by June 30, 2021 along with a short biography. Papers (8000-10000 words) will be due in January 2022 to be evaluated (peer review) before acceptance.

Please send your proposals to alice.beja@sciencespo-lille.eu

Les propositions d’article (500 mots) sont à remettre pour le 30 juin 2021, accompagnées d’une courte biographie. Les articles (d’une longueur de 8000 à 10000 mots) seront attendus pour le mois de janvier 2022 et seront soumis à une évaluation en double aveugle avant acceptation.

Merci d’envoyer vos propositions à : alice.beja@sciencespo-lille.eu

Publié le 16/04/2021

Les séniors, une catégorie de « mangeurs » hétérogène

Un collectif de chercheurs français a identifié des « profils de mangeur » et pose les bases pour une reconnaissance de ces typologies grâce à une vaste enquête multidisciplinaire auprès d'un panel de seniors. En effet, le vieillissement de la population s'accompagne de nombreux changements physiologiques, sensoriels, psychologiques et sociologiques susceptibles de moduler le comportement alimentaire et le statut nutritionnel des seniors. Leurs résultats, parus le 15 avril dans la revue Appetite leurs ont permis de dresser une cartographie de 7 « profils types de mangeurs », un outil précieux pour leur proposer une alimentation sur mesure.
 

Contacts scientifiques 

Isabelle Maître - i.maitre@groupe-esa.com

Ecole Supérieure d'Agricultures (ESA), USC 1422 GRAPPE, INRAE, SFR 4207 QUASAV

Claire Sulmont-Rosse - claire.sulmont-rosse@inrae.fr

Centre des Sciences du Goût et de l'Alimentation (CSGA)

Département scientifique ALIMH

Centre INRAE Bourgogne-Franche-Comté

 

Contacts presse

Pierre TOUENART : 02 41 23 56 47- p.touenart@groupe-esa.com

Service de presse INRAE : 01 42 75 91 86 – presse@inrae.fr

Publié le 15/04/2021

MOOC La Renaissance en Val de Loire

16 juin

LA GASTRONOMIE & LES BANQUETS

La gastronomie à la Renaissance : entre continuité médiévale et nouvelles pratiques alimentaires


Bruno LAURIOUX, Professeur des universités en Histoire médiévale au CESR, Université de Tours/CNRS ; Président de l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation

Publié le 07/04/2021

Mesures exceptionnelles Covid : prendre rendez-vous pour venir à la bibliothèque

Publié le 16/02/2021

Appel à Candidatures « Grand Prix Sciences & Recherche » 2021

jusqu'au 9 mai 2021
Publié le 27/01/2021

Appel à communication

COLLOQUE « LES TERMINOLOGIES PROFESSIONNELLES DE LA GASTRONOMIE ET DE L’OENOLOGIE : ARTS DE LA TABLE – DIMENSIONS CRÉATIVES ET CULTURELLES »

La gastronomie et l’oenologie sont les fleurons de la culture française, ainsi inscrits au patrimoine de l’Humanité. Cette reconnaissance ne concerne pas uniquement l’art du bien manger et du bien boire, mettant en jeu la qualité et les propriétés organoleptiques des mets et vins, mais s’ouvre également à la pratique sociale ritualisée et organisée, à la scénarisation de la séquence du repas mais également de la table elle-même. Stylisation de la table, stylisation dans l’assiette, communion du contenant et du contenu soulèvent des problématiques techniques d’ordre sanitaire, organoleptique, pratique… dans le but de sublimer le repas. Telles sont les réflexions soulevées par les arts de la table, depuis la création de la vaisselle à la décoration de la table, en passant par le dressage. Ces réflexions engagent des pratiques spécifiques qui, pour pouvoir se réaliser, reposent sur des discours et des terminologies capables de les exprimer avec clarté.

C’est dans cette perspective communicationnelle que s’inscrit cette nouvelle édition du cycle de colloques consacré aux terminologies professionnelles. Depuis la première édition en 2016, à Dijon, une réflexion collégiale s’est ainsi construite autour des Terminologies gastronomiques et oenologiques. Après la question des « Représentations, formation, transmission » (Dijon, 2016) consacrée à l’usage des terminologies en contexte (entre professionnels, en apprentissage, entre professionnels et consommateurs), des « Sens et expériences » (Reims, 2017) où les réflexions se sont concentrées sur les mises en scène, figurations et storytelling des expériences oenologique et gastronomique, du « Patrimoine et de la culture » (Tours, 2018) orientée sur les imaginaires des sujets marqués par les références culturelles et du « Vin et autres produits » (Innsbrück, 2019), cette nouvelle édition s’intéressera à celle des arts de la table.

Non exclusif aux terminologies et aux lexiques, ce colloque s’intéressera à l’ensemble des discours et mises en scène des produits et pratiques gastronomiques et oenologiques, liés aux arts de la table ; et cela afin d’engager un dialogue entre domaines de spécialités. Cette nouvelle édition privilégiera en effet l’approche pluri-disciplinaire adoptée tout au long du cycle des colloques mais proposera également une interaction active entre professionnels des arts de la table et chercheurs en sciences de l’information et de la communication, sciences du langage, matériaux, céramique…

Plusieurs axes de réflexion seront privilégiés – sans que cette liste ne soit exhaustive :

- Terminologie du savoir-faire traditionnel et du design décoratif

- Terminologie des arts de la table, de la gastronomie et de l’oenologie à travers les âges

- Terminologies et pratiques sociales (service, commensalité)

- Fabrication et éco-conception des arts de la table

- Terminologies et interaction

LOCALISATION

Ce colloque se tiendra à Limoges, sur les sites de l’ENSIL-ENSCI, école d’ingénieurs formant les étudiants au métier d’ingénieur dans différentes spécialités dont les matériaux et la céramique industrielle, et au lycée hôtelier Jean Monnet.

MODALITES DE SOUMISSION

Les propositions de communication, comprenant un titre provisoire, un résumé d’environ 3000 signes ainsi que 5 mots-clés et une bibliographie de 5 titres, sont à adresser avant le 15 mai 2021 à : terminopro2020@unilim.fr

CALENDRIER

• Lancement de l’appel : 4 janvier 2021
• Date limite de retour des propositions : 15 mai 2021
• Notification aux auteurs : 15 juin 2021
• Publication du programme : 30 juin 2021
• Remise des textes pour expertise avant publication : 15 février 2022

Publié le 16/12/2020

Hommage à Jacques Puisais (1927-2020)

16/12

Refuser la disparition de Jacques Puisais

Jacques Puisais est décédé le 6 Décembre dernier. Titulaire d’un doctorat ès sciences et chimiste analytique il dirigea le Laboratoire Départemental et Régional d'Analyses et des Recherches d'Indre-et-Loire de 1959 à 1993. Dans la logique des « classes du goût » qu’il avait développées dès 1964 en Touraine, et pour peaufiner sa conception de la dégustation et sa méthode d’éducation sensorielle, il cofonde, en 1976, à l’hôtel Mame, rue Emile Zola à Tours, l'Institut Français du Goût.

Dès la fin des années 70, il structure et organise avec l’aide du CNAC (Centre National des Arts Culinaires) des formations d’éducateurs du goût d’abord nationales puis rapidement internationales (Suisse, Canada, Japon, etc.). En 1999 il cofonde, en compagnie de Patrick Mac Leod, l’Institut du Goût. Toutes ces actions constituent les tuteurs et la matrice d’une éducation à l’alimentation en France, en Europe et sur d’autres continents où sa notoriété est toujours intacte. Ancien Président des Unions nationales et internationales des œnologues (métier dont il est le pionnier), il fut un acteur essentiel de l’amélioration des vins ligériens et s’est également beaucoup intéressé à l'accord des mets et des vins qu'il contribua à populariser.

Ses travaux scientifiques à ce sujet ont fait autorité et ont influencé de nombreux sommeliers ou chefs célèbres comme Alain Senderens ou Pierre Troisgros. Membre titulaire de l’Académie d’Agriculture de France. Il a obtenu de la part de l’IEHCA et de sa Fondation Européenne pour le patrimoine alimentaire, le Prix François Rabelais soutenu par l’association Relais & Châteaux en 2016 qui lui a été remis à l’Institut de France pour récompenser l’ensemble de ses actions positionnant la dégustation des mets et des vins comme centrale dans l’éducation de tous les citoyens, comme un enjeu de la restauration des enfants, aussi bien collective qu’au foyer, comme prétexte enfin au développement d’une poétique du « vivre ensemble ». Tout naturellement, après sa participation inoubliable aux détours de sciences , il nous fit l’honneur de présider en 2019, les 15èmes Rencontres François Rabelais sur le thème « Quelle éducation au goût pour la jeunesse ? ».                                   

Il est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés au vin, au goût et aux accords mets/vins ainsi qu’à l’éducation sensorielle. On retiendra particulièrement « Le goût juste », 1985 et « Le goût de l’enfant » (1999). Ses publications, seront saluées, le 21 décembre 1985, par un article du journal « Le Monde » titré « Un esthète des goûts : Jacques Puisais » : « Un fou du goût laisse - enfin - ses papilles et sa mémoire tenir sa plume : Jacques Puisais, le pédagogue œnologue. Puisais, le professeur en sensations gustatives, le physiologiste épicurien, entreprend de nous raconter ses régalades ». A la suite de cet article, et de façon régulière, des journalistes et des chroniqueurs pointeront et développeront cette pluralité de qualités, cette conception humaine, humaniste, du rôle essentiel de nos sens dans la connaissance de notre corps et de soi ; dans la prise de conscience de notre ancrage au sein d’un paysage, d’un terroir, dans une histoire que l’aliment nous raconte, nous fournit lorsque nous l’incorporons et qu’il bâtit notre identité ; lorsque son partage et la verbalisation de nos émotions gustatives renforcent nos sociabilités, aident à la reconnaissance de l’altérité.

Il ne s’agit pas ici de livrer une  biographie exhaustive du « pape du goût » mais d’engager autour de son décès - qui n’est pas une disparition- une dynamique de convivialité entre celles et ceux qui  le côtoyèrent. Il s’agit de rassembler, à partir de l’ouverture de cette page leurs souvenirs, leurs anecdotes ; de favoriser leurs retrouvailles, d’exposer leurs analyses. Il s’agit surtout, et c’est notre projet, de construire un collectif porteur d’une synergie débouchant sur des rencontres, un colloque, une manifestation qui mobiliseraient des spécialistes de différentes disciplines, des acteurs de l’éducation aux cultures alimentaires (sensorielle, nutritionnelle, respectueuse  des identités, de l’environnement, sensible au gaspillage, etc.), des partenaires de « la filière du manger », avec le souci de rencontrer un public averti ou non.

J’amorce donc, brièvement,  cette dynamique…

Lorsqu’il imagine, conceptualise et cofonde l’Institut Français du Goût dans l’Hôtel Mame tourangeau, il le fait en convoquant, autour de l’alimentation et avec la complicité d’Alfred Mame, les doyens des facultés de médecine et de pharmacie de l’Université de Tours (M. Maillet et Combescot), Jean Luthier le directeur de l’IUT, Alain Corbin, alors enseignant tourangeau, participe à la réflexion ainsi que Jean Duvignaud, directeur de la section de sociologie tourangelle auquel je dois l’honneur et le plaisir d’être immédiatement associé à « l’aventure » en tant que doctorant. Des « parisiens » sont inclus dans ce groupe fondateur : le professeur Le Magnen,  Jean-Paul Aron qui venait de publier « le mangeur du XIXeme Siècle », Matty Chiva dont la thèse de psychologie déboucherait sur la publication du célèbre livre « le doux et l’amer », Claude Fischler tout comme moi doctorant en sociologie. N’oublions pas la présence de Charles Barrier, de Lefebvre Utile, de Sabbat (un pâtissier local extraordinaire), de plusieurs viticulteurs des terroirs ligériens, de M. Hardouin, etc. Je me souviens de son émotion, que je partageais, lorsqu’un svelte et jeune chef a séduit les participants des rencontres  de l’Institut consacrées au beurre, en  évoquant de façon poétique  « son chant au fond de la poêle ».

Le jeune chef était Jean Bardet qui deviendra par la suite un acteur essentiel de la pédagogie du goût en Touraine, aux côtés de Jacques Puisais, par des actions dans les écoles (les classes de Dominique Montoux par exemple), des interventions dans les formations de l’Université (DU, puis Master du goût), avec le concours de l’Institut de dégustation. Présence de ces deux complices aux côtés des jeunes générations de métiers de bouche, éducateurs et passeurs,  dans la préfiguration et le lancement de Tours cité gastronomique.

Cette liste d’actions et de noms évoqués n’est pas exhaustive mais Françoise Sourdais qui commence  une thèse « Contribution à la thématisation et à l’institutionnalisation de l’éducation au goût dans les sciences sociales françaises à travers la biographie scientifique de Jacques Puisais à l’Université de Toulouse  la compléter et vos témoignages aussi.

Que ce premier souvenir soit l’amorce d’une dynamique de convivialité scientifique autour de l’exemple de Jacques Puisais, de son « militantisme du goût », de sa volonté d’approche pluridisciplinaire qui a positionné notre ville et notre région comme un lieu de rencontre important de tous les acteurs de l’alimentation. Il a posé la première pierre de cet édifice, a suscité ou participé à de nombreuses rencontres d’échanges pluriels autour des nourritures liquides ou solides. A nous, à vous le pouvoir d’en continuer la construction.

Jean-Pierre CORBEAU

Sociologue de l'alimentation

Vice-président de l'IEHCA